Le plantain : formidable plante comestible et médicinale

Table des matières

Bonjour à tous et à toutes,

Aujourd’hui j’aimerai vous parler du plantain, dont vous avez probablement déjà entendu parler ? La plupart du temps, ce dernier est surtout connu comme un incroyable remède face aux piqûres d’orties.  Ce qui est tout à fait juste, mais bien peu dire en comparaison de ses innombrables vertus… Car ce petit végétal est plus qu’il n’y paraît, une formidable plante comestible et médicinale ! Pour ma part, j’apprécie beaucoup ce dernier. D’abord pour son abondance et son caractère ubiquiste.  Mais aussi pour son côté « bonne à tout faire » (ou presque). Dans la pharmacie comme en cuisine, vous allez voir que le plantain est un allié de choix !

Rosette de plantain lancéolé (Plantago lanceolata) – © Morgane Peyrot

 

Un peu de botanique

Le nom latin « plantago » signifierait « plante des pieds », en rapport avec la forme évocatrice des feuilles de certaines espèces. Le plantain est une herbacée commune qu’il est possible de rencontrer un peu partout. Y compris en milieu urbain, dans les parcs et jardins. Il est facilement reconnaissable à ses feuilles caractéristiques, parcourues de nervures parallèles saillantes. L’inflorescence en masse conique est un épi dressé au sommet des tiges. Il appartient à la famille des Plantaginacées, ou plutôt « ils », car il existe plusieurs espèces de plantain dans nos régions. Pas de panique, toutes sont comestibles et possèdent des propriétés similaire. Et c’est bien pratique ! Les plus communs d’utilisation sont le plantain lancéolé (Plantago lanceolata) et le grand plantain (Plantago major). Le second se distingue du premier à ses larges feuilles étalées, ainsi qu’à ses épis souvent plus longs (voir ci-dessous).

Feuilles de grand plantain (Plantago major) © Creative commons

 

Un mucilage bon à tout faire !

Le plantain est depuis longtemps réputé pour ses nombreuses vertus médicinales. Son « pouvoir » réside en fait en sa forte teneur en mucilage. Il s’agit d’une substance végétale visqueuse, que renferment certaines plantes. Citons par exemple les graines de chia ou le psyllium blond, cousin bien connu du plantain. En interne, ce mucilage va venir par exemple tapisser les parois du tube digestif et apaiser les maux d’estomacs ou aider à réguler le transit. Son action similaire sur les bronches contribue également à soulager les affections respiratoires. Le plantain se retrouve d’ailleurs dans diverses préparations de sirops antitussifs, que l’on trouve facilement en pharmacie. Il est aussi formidable pour soulager les affections cutanées, grâce à ses propriétés antihistaminiques. Ses feuilles appliquées en cataplasme, ou préparées en baume à partir d’un macérât huileux (recette à venir !) apaisent l’eczéma, le prurit, etc. Ainsi que les satanées piqûres d’ortie ou d’insectes. Il suffit d’écraser une feuille fraîche sur la zone atteinte (histoire d’en extraire le fameux mucilage), pour constater un soulagement presque immédiat !Cette petite liste est non exhaustive, et c’est pourtant déjà pas mal pour une seule plante non ?

Mais ça ne s’arrête pas là ! Dans son ouvrage Du bon usage des plantes qui soignent, le docteur Jacques Fleurentin nous indique que le plantain possède également des propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires démontrées par la science. D’après les études citées, des extraits aqueux obtenus par macération à froid, ainsi que le jus des feuilles fraîches, sont venus à bout de bactéries ultra-résistantes. Notamment le staphylocoques doré, divers streptocoques, Escherichia coli ou encore le virus de l’herpès. Nos ancêtres avaient donc probablement raison d’appliquer des cataplasmes de feuilles fraîches sur les plaies ouvertes pour les protéger (usage cité dans divers traités anciens d’herboristerie, notamment chez Cazin). Pour finir, il nous rappelle que le mucilage du plantain protège en plus les muqueuses des irritations locales.

 

Un petit goût de forêt…

Fleurs de plantain, en joli bouquet champêtre – ©Creative commons

Après avoir évoqué les nombreuses vertus médicinales du plantain, il est impossible de finir en passant à côté de ses propriétés alimentaires !

Tout d’abord, notons que sa richesse nutritionnelle en fait un véritable aliment santé. Ses feuilles contiennent des antioxydants, des vitamines B, de la vitamine A et C, ainsi qu’une ribambelle de minéraux (potassium, calcium, magnésium, et surtout du fer, manganèse, zinc, etc.). L’herbaliste Christophe Bernard nous indique dans un post qu’il le considère à ce titre comme une bonne plante reminéralisante, aux côtés de la prêle, de la consoude, etc.

Voilà déjà une bonne raison de ne pas se priver d’en manger de temps à autres. Mais ne serait-ce pas encore mieux, si je vous disais que ses feuilles offrent une délicate et surprenante saveur de champignon de Paris ? Si si ! Froissez une jeune feuille entre vos doigts (quand je dis « froissez », c’est plutôt « écrasez ») pour vérifier par vous même. Vous lui trouverez sans aucun doute cette petite « odeur de forêt », dans le bon sens du terme pour les gourmands !

Les plus jeunes feuilles du plantain font merveille en salade et en pesto. Tandis qu’il vaudra mieux réserver les feuilles plus âgées pour les cuire en soupe, gratins ou omelettes, à votre convenance. Il est également possible d’utiliser les jeunes inflorescences pour confectionner un super risotto végétal. Pour commencer, essayez cette super recette de pesto. C’est celle que j’utilise et je ne suis jamais déçue ! L’avantage est que les feuilles de plantain sont généralement disponibles durant toute l’année. Même en hiver, de jeunes feuilles repoussent spontanément. Choisissez les plus « jolies » (bien vertes, pas trop dévorées ou tachées, etc.), tout en oubliant jamais de bien laver votre cueillette. N’hésitez pas, car elles s’utilisent à toutes les sauces, et ne laissez surtout pas passer ce trésor si il a investit votre jardin ! 

Bonne découvertes végétales et culinaires, et à bientôt 🙂

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp

Autres articles

Profitez du blog pour découvrir de multiples informations sur les plantes sauvages comestibles et médicinales, les insectes, le jardin, la santé naturelle… et des recettes !