Rencontre avec Cécile Saint-Béat : naturopathe et herboriste

Table des matières

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui, voici un nouvel article un peu spécial consacré à une amie praticienne, à la fois herboriste et naturopathe : Cécile Saint-Béat ! J’ai toujours voulu vous proposer ce genre de billet auparavant. D’une part pour vous faire découvrir des professionnels compétents de l’herboristerie et de la santé naturelle proches de chez vous, mais aussi pour valoriser ces professionnels et leur(s) activité(s). En espérant que cela vous plaira et sera utile à chacun… Bonne lecture, et n’hésitez pas à me laisser vos commentaires, pour vous proposer des articles toujours plus qualitatifs !

Cécile Saint-Béat, naturopathe et herboriste vous accueille dans son cabinet, à Langon (33)

 

Originaire de l’Oise, Cécile Saint-Béat a choisi de venir s’installer en Gironde pour y poursuivre son activité en 2020. Cette professionnelle en santé naturelle, à la fois naturopathe et herboriste, vous propose des consultations personnalisées dans son cabinet à Langon (33210). Sa double casquette lui confère une approche du soin particulièrement intéressante, alliant une vision tout aussi globale qu’experte ! Cécile est également enseignante en aromathérapie (et bientôt en iridologie !) pour l’école de naturopathie agrée Euronature de Bordeaux. Et pour votre plus grand plaisir, elle organise des stages et ateliers, et propose diverses formations à découvrir sur son site : https://naturopathe-sudgironde.com

 

Cécile, tu es à la fois naturopathe et herboriste, peux-tu nous décrire ton parcours ? Par quelle spécialité as-tu commencé ?

Au tout début de ma carrière, je travaillais dans la logistique. Mais j’ai rapidement eu envie d’entamer une réorientation. Je me suis donc lancée dans l’étude des plantes médicinales car c’était une passion, héritée de ma grand-mère (j’ai d’ailleurs appris bien plus tard qu’elle avait fait elle-même des études en herboristerie !). J’ai alors commencé par le cursus sur 2 ans de l’école des plantes de Paris, où j’ai obtenu une certification d’herboriste en 2004. J’ai poursuivi par un DU de conseil et formation en phytothérapie/aromathérapie à la faculté de médecine Paris 13. Je me suis formée bien plus tard à la naturopathie auprès du CNR André Lafon. J’ai obtenu une certification en 2014 et me suis installée à mon compte 3 mois plus tard.

 

Beau parcours ! Je suppose que tu as complété ton cursus car tu trouves une certaine complémentarité entre l’herboristerie et la naturopathie dans ta pratique au quotidien. Peux-tu nous en dire plus ?

Parfaitement ! Tout au long de ma formation sur les plantes médicinales, j’ai eu la chance d’être encadrée essentiellement par des médecins cliniciens. Cela m’a permis d’aborder une approche très symptomatique du soin qui est essentielle. Cependant pour moi, le caractère holistique de la naturopathie permet de travailler plus en profondeur, et ainsi de maximiser le soin par les plantes, en prenant en compte leur caractère subtil et énergétique.

 

Comment se manifeste ce profil « subtil et énergétique » des plantes ?

L’eschscholtzia par exemple est d’après son profil chimique (monographie), efficace pour lutter contre les troubles de l’endormissement. Cependant en pratique, on constate qu’il ne convient pas à tout le monde ! Les personnes qui ne sont pas assez « centrées » ne le supportent pas bien. Aussi il n’est pas recommandable pour des professions qui nécessitent beaucoup de concentration comme les pilotes.

 

As-tu une plante fétiche que tu aimes utiliser et/ou conseiller ?

J’aime beaucoup la rhodiola. Aussi bien pour l’effet qu’elle a sur moi que pour les résultats toujours satisfaisants qu’elle me procure dans ma pratique. Je conseille cette plante adaptogène aux personnes qui sont au bout du rouleau, afin de remonter leur système hormonal et nerveux, ce qui contribuera à réduire la fatigue tout en boostant le système immunitaire. J’ai découvert la rhodiola il y a une vingtaine d’années lors d’une rencontre avec Jean-François Astier qui a introduit la plante en Ariège.

 

Voilà qui est bon à savoir ! Cécile, sur quel(s) aspect(s) travailles-tu en particulier durant tes consultations ?

Je dis souvent que « les émotions sont le toit de la maison ». Je leur accorde une grande importance, car je considère que lorsqu’elles sont mal gérées, elles sont souvent le premier facteur de troubles et maladies chroniques. Je travaille donc toujours en premier sur le profil psycho-émotionnel de la personne avec des élixirs floraux (Bach, Bush australien et les contemporains de Deva), et je peaufine avec des plantes adaptogènes.

Pour finir, as-tu un conseil à nous donner pour rester en forme toute l’année ?

Je préconise en premier lieu de bien respirer et d’avoir des émotions les plus positives possible. Pour cela il est essentiel de prendre soin de son microbiote intestinal, notamment en privilégiant les prébiotiques comme le kéfir et les légumes lacto-fermentés.

 

Merci Cécile pour le temps consacré à cette interview, et pour toutes tes précisions : cela donne envie de s’en remettre à tes conseils d’expertes ! Pour en savoir plus les activités proposées par Cécile dans le sud-gironde, n’hésitez pas à consulter son calendrier de formations en herboristerie, ainsi que sa page facebook pour découvrir d’autres ateliers inédits (découverte des hydrolats, stages d’herboristerie et naturopathie, etc.) !

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp

Autres articles

Profitez du blog pour découvrir de multiples informations sur les plantes sauvages comestibles et médicinales, les insectes, le jardin, la santé naturelle… et des recettes !